La Tache Noire -.

Anne-Marie Métailié

19,80
par (Libraire)
9 décembre 2020

Un roman à découvrir !

Anne-Marie Métailié

19,80
par (Libraire)
9 décembre 2020

Dans le Triangle d’or de la marijuana, le Sinaloa, le jeune David, un peu attardé et naïf, est capable de tuer un lièvre d’un lancer de pierre. Ce qui en fait, malgré lui, un joueur de baseball convoité. À la fête du village, il danse avec une fille interdite, réservée au fils d’un trafiquant. Bagarre. David tue son agresseur. Son père passe un accord avec le trafiquant et l’éloigne. À Los Angeles, il est dragué par une fille qui l’emmène dans sa chambre, le déniaise puis le met à la porte en lui disant qu’elle s’appelle Janis Joplin. Il en tombe éperdument amoureux, se fait virer de son équipe de baseball pour alcoolisme et renvoyer au Mexique. David n’est pas armé pour faire face aux barons de la drogue du Sinaloa. Tout explose autour de lui, dealers, policiers corrompus, guérilleros au coeur pur, femmes fatales et même une voix intérieure. Sa vie devient une course d’obstacles, une fuite continuelle ponctuée de coups de chance. Il va de catastrophe en catastrophe, de situation dangereuse en menaces de mort. Mais il n’a qu’un seul objectif : retrouver son amour, Janis Joplin. Un polar impeccable, tragicomique virtuose, sarcastique et tendre, avec en plus l’argot lyrique des narcos.

Trilogie

Simonin, Albert

Manufacture de livres

22,90
par (Libraire)
9 décembre 2020

Avis aux amateurs d’argot, de langue verte, d’expressions fleuris et de caïds à l’ancienne, Max le Menteur est de retour et il n’a pas la langue dans sa poche ! Avec « Le Grisbi », la Manufacture de Livres frappe un grand coup en nous offrant, dans un magnifique 3 en 1, la réédition de « Touchez pas au grisbi », « Le cave se rebiffe » et « Grisbi or not Grisbi ». Quel bonheur de retrouver le Paris des truands, des canailles et des petites frappes… leur code d’honneur et leurs mauvaises manières… Et l’amour de langue des faubourgs, surtout, dont on ne se lasse décidément pas… Et de toute manière, comme le dit si bien Max : « L’opinion du mitan sur mon compte, avec la mentalité qui y régnait maintenant, je m'en branlais éperdument : pour ce qui me restait à le fréquenter ! » A déguster sans modération !!!

Fin d'une époque

Gallimard

17,00
par (Libraire)
7 décembre 2020

Cet hiver replongez vous avec délices dans le Chicago de la Prohibition avec ces très belles rééditions de « Goodbye Chicago, 1928 » et « Little Caesar » à la Série Noire. A l’instar de Hammett ou Chandler qui ont réussi à imposer la figure du détective ou du « privé » dans la littérature, William R. Burnett s’est imposé comme le promoteur de la « littérature de gangsters », une littérature vue, pensée, vécue, du point de vue des petites mains de la mafia, avec leurs mots, leurs sentiments, leur morale (si, si…) … Avec ces deux romans, c’est tout un univers, à la fois familier et suranné qui reprend corps au fil des pages… Un régal !

par (Libraire)
7 décembre 2020

Cet hiver replongez vous avec délices dans le Chicago de la Prohibition avec ces très belles rééditions de « Goodbye Chicago, 1928 » et « Little Caesar » à la Série Noire. A l’instar de Hammett ou Chandler qui ont réussi à imposer la figure du détective ou du « privé » dans la littérature, William R. Burnett s’est imposé comme le promoteur de la « littérature de gangsters », une littérature vue, pensée, vécue, du point de vue des petites mains de la mafia, avec leurs mots, leurs sentiments, leur morale (si, si…) … Avec ces deux romans, c’est tout un univers, à la fois familier et suranné qui reprend corps au fil des pages… Un régal !