Romans
28,50

«Hammett a délogé le meurtre des palais vénitiens pour le "balancer" dans la rue ; non pas que le crime doive y traîner indéfiniment mais il était bienvenu de se défaire le plus possible des chichis bourgeois d'Emily Post. Au cours de presque toute sa carrière, il écrivit pour un public qui entretenait une attitude tranchée, agressive, envers la vie. Ce public ne redoutait pas l'immoralité du monde, celle-ci faisait partie de son quotidien. La violence ne le choquait pas, il la retrouvait en bas de chez lui. Hammett remit le crime entre les mains d'assassins dissimulant de solides mobiles et utilisant les moyens à leur disposition ; adieu cadavre exécuté arbitrairement à coups de pistolets de duel sculptés, de curare ou de poison tropical. Dans ses livres, il décrivit les gens tels qu'ils étaient et il les fit penser et parler, dans ses intrigues, avec le langage qui leur était familier. Il avait son style personnel, bien que son public ne s'en aperçût pas puisqu'il utilisait une langue soi-disant dépourvue de titres de noblesse.» Raymond Chandler, «Le crime est un art simple», 1944.
Précédé de Quinze romanciers qui ont fait l'Amérique. Dashiell Hammett «Le Faucon maltais», 1930 par Jacques Cabau et de Le Crime est un art simple par Raymond Chandler
Ce volume contient Moisson rouge, Sang maudit, Le Faucon maltais, La Clé de verre et L'Introuvable. Nouvelles traductions intégrales par Pierre Bondil et Natalie Beunat.


Sang maudit
8,10

L’agence Continental envoie son détective pour mener l’enquête chez les Leggett dont les diamants ont disparu. Seul témoin : leur fille Gabrielle, jeune femme instable aux fréquentations douteuses... Si Gabrielle est la principale suspecte, le détective découvre que son père a lui aussi beaucoup de secrets ; depuis des années, les morts violentes se succèdent autour des Leggett. La jeune Gabrielle, accro à la morphine, adepte des sectes, est-elle victime d’une malédiction familiale ? Dans le San Francisco des années 20, ce qui n’était qu’une simple enquête sur un vol de bijoux devient une course contre la folie.
Nouvelle édition en 2016
Auteur de La clé de verre, du Faucon maltais ou encore de Moisson rouge, Dashiell Hammett (1894-1961) est le créateur du roman noir américain. Pionnier de la fameuse Hard-Boiled
School, il a donné ses lettres de noblesse au genre, notamment grâce à la qualité de son écriture et la force de ses dialogues.


Le Sac de Couffignal/The Gutting of Couffignal - Âmes malhonnêtes/Crooked Souls
9,20

Dans Le sac de Couffignal, le Continental Op, un détective professionnel, est envoyé sur une petite île pour une mission de pure routine : surveiller les somptueux cadeaux lors d’un mariage huppé. Pourtant lorsque la nuit tombe, il se retrouve pris dans une incroyable explosion de violence et il lui faudra tout son sang-froid et son ingéniosité pour en sortir indemne… Deux nouvelles pour découvrir le style sec et la force des dialogues du créateur du roman noir américain.
Deux nouvelles pour découvrir le style sec et la force des dialogues du créateur du roman noir américain. Édition bilingue, traduction révisée.


La clé de verre
8,10

Dans une grande ville de l’est des États-Unis, le fils du sénateur Henry est assassiné à la veille des élections. Tout semble incriminer Paul Madvig, un politicien local influent. Seul son bras droit et ami, Ned Beaumont, ne croit pas à sa culpabilité. Avec des méthodes souvent brutales, il s’improvise détective pour démêler le vrai du faux dans une ville rongée par la corruption. Roman noir par excellence, La clé de verre décrit l’obscénité de la manipulation, et de son corollaire, la trahison.
Nouvelle traduction intégrale
Roman noir par excellence, La clé de verre décrit l’obscénité de la manipulation, et de son corollaire, la trahison. Nouvelle traduction intégrale.


Papier tue-mouches
6,90

Il s'agissait d'une affaire de fugue.Les Hambleton essayèrent d'imposer à Sue une conduite décente, mais trop tard. Elle était légalement majeure. Lorsqu'elle décida de les envoyer au diable et de s'enfuir de la maison, rien n'y fit. Son père avait renoncé à tous les espoirs qu'il avait eus de la sauver, mais il ne tenait pas à ce qu'elle s'attirât des ennuis. Il s'adressa donc à la Continental Detective Agency de New York et demanda que fût exercée sur elle une discrète surveillance.Mais Sue semblait douée pour attirer les ennuis... à elle et aux autres.
«Sue était sortie de l'enfance avec un mauvais pli qui avait engendré chez elle le dégoût de tout ce qui était convenable et le gôut de tout ce qui ne l'était pas...»