Le Poète de Gaza

Yishai Sarid

Actes Sud

  • 14 août 2014

    Un agent des services secrets israéliens est chargé d'une mission différente des interrogatoires musclés dont il s'est fait une spécialité. Cette fois il s'agit d'approcher Dafna, une écrivaine de Tel Aviv qui est en contact avec un poète palestinien dont le fils est soupçonné d'être à la tête d'un réseau terroriste. Sous prétexte de se faire aider dans l'écriture d'un roman, il tisse des liens avec la femme de lettres qui toutefois n'est pas dupe. Elle accepte de l'aider contre la promesse qu'il ne fasse aucun mal à Hani, le poète, et qu'il aide son fils Yotam, un drogué en dette avec un parrain local. Hani, atteint d'un cancer en phase terminale est alors exfiltré vers Tel Aviv où il doit bénéficier de soins palliatifs.
    Perturbé par la violence des interrogatoires qu'il continue de mener, impuissant à résoudre ses problèmes de couple, déstabilisé par la personnalité attachante de Hani, l'agent perd pied peu à peu. Le doute s'insinue dans son esprit qui jusqu'ici été entièrement voué à la défense d'Israël, peu importe les méthodes, les injustices, les morts.

    Jeune, il était idéaliste et militait pour la paix. Et puis, le temps a passé, son travail dans les services secrets a eu raison de ses idéaux. Au fil du temps et des attentats-suicides, le dialogue a cédé la place à la violence. Les coups ont remplacé la psychologie. Effrayer et soumettre, arracher des aveux, des dénonciations, répondre à la violence par la violence, voir en chaque suspect, non plus un semblable, mais un animal qu'il faut réduire à sa merci, voilà ce qu'est devenue sa vie. Doué, il est sans cesse sollicité par sa hiérarchie, la nuit, le week-end, tout le temps, il doit être présent pour éviter qu'un kamikaze ne se fasse exploser dans un bar, un bus, devant une école ou une synagogue, pour que ses compatriotes puissent garder un semblant d'insouciance et vivre comme si la menace n'existait pas. Sa vie de famille passe au second plan, sa femme se plaint, voudrait s'expatrier, il manque à son fils qu'il voit à peine. Confronté quotidiennement à la violence, il perd le contrôle. Pourtant, dans cet univers sombre, sa rencontre avec Dafna et Hani est une lueur d'espoir, l'espoir d'une entente, d'une amitié possibles entre les peuples. A écouter le poète parler de sa Palestine, à déceler sous la nostalgie, la graine de l'injustice, l'agent reprend conscience de l'humanité de ceux qui lui font face. ''Vous avez tout, nous n'avons rien''...Par ces mots, le poète de Gaza ouvre la voie à un partage qui ne serait que justice, qui serait une première pierre pour construire la paix.
    Descente aux enfers d'un homme qui perd ses certitudes, ce roman noir évite l'écueil de prendre parti pour un camp ou l'autre dans un contexte géo-politique complexe où palestiniens et israéliens se livrent une guerre perpétuelle, larvée ou frontale selon les circonstances. Sombre et anxiogène, il porte tout de même l'espoir de la rédemption pour son héros, un pont est possible entre deux peuples qui partagent une histoire commune... Un livre qui sort des sentiers battus et plonge le lecteur au cœur d'une problématique trop souvent évoquée dans les JT sans être vraiment comprise dans sa globalité. A lire d'urgence !


  • 21 mars 2013

    Poésie ou terrorisme ? Il faut choisir

    Parfois, le meilleur moyen pour comprendre une situation politique, aussi compliquée soit-elle, c'est la lecture d'un bon roman. Avec " Le Poète de Gaza ", vous plongez  dans la guerre, vous pénétrez au cœur des attentats. Il n'y a plus ni de bons ni de méchants, juste des gens qui se détestent et croient que leur cause vaut tous les sacrifices. Le héros (c'est écrit à la 1ère personne) est un agent secret israélien chargé de piéger le responsable d’un réseau terroriste palestinien. Mais comment pousser ce dernier à sortir de sa tanière, lui qui ne met jamais un pied dehors sans être protégé ?  La faiblesse de ce dernier, c'est son père, le poète Hani, un vieil homme malade a besoin de soins. Si on parvient à le faire hospitaliser dans un hôpital israélien, peut-être qu'alors son fils prendra le risque de lui rendre visite. Mais l’agent n’avait pas imaginé qu’il s’attacherait au vieil homme, et plus encore à sa compagne, Dafna, une belle romancière. Que choisir ? L'amitié ou la politique, l'amour ou son pays ? Un thriller captivant signé par Ishaï Sarid qui, dans une autre vie, est avocat.

    Lire la suite de la critique sur le site o n l a l u