Cavalier, passe ton chemin, Roman

Larry McMurtry

Éditions Gallmeister

  • par (Libraire)
    11 janvier 2022

    Le roman se déroule dans un ranch du Texas dans les années cinquante. On y élève des bovins, quelques chevaux et porcs. Au ranch vivent sept personnes : le grand-père, Homer Bannon, encore assez en forme à quatre-vingts ans, propriétaire et patron du ranch ; La Grand-mère, sa deuxième épouse, une femme fantasque et assez exigeante avec les autres ; Hud le beau-fils de Homer et fils de la Grand-mère, un être imbu de sa personne, violent et craint de tous ; Jesse et Lonzo, deux cow-boys qui s’occupent du bétail ; Halmea, la cuisinière noire. Le narrateur est Lonnie, 17 ans, le petit-fils de Homer Bannon, orphelin, qui s’ennuie souvent mais qui est très intéressé par ce qui se passe dans et hors du ranch ?

    L’âge du Grand-père, la violence et l’insolence de Hud, l’immaturité de Lonnie, la négritude de Halmea, le troupeau forment un ensemble fragile qui peut éclater à tout moment.
    C’est ce qui se passe quand une des vaches tombe malade. Le vétérinaire de l’État appelé vient sur place et diagnostique une épidémie de fièvre aphteuse. Tout éleveur sait ce qui va advenir, l’abattage du troupeau et son incinération, la mise en quarantaine de l’exploitation.
    Lonnie vit dans ce ranch à l’ancienne où les vaches sont à l’année dans les vastes prairies et où les cow-boys à cheval parcourent le troupeau pour surveiller et soigner les vaches.
    Au-delà du ranch, il y a la ville, les cafés, les copains, les filles, l’animation : la vie moderne. L’adolescent s’est attaché à Halmea avec qui il est en confiance. Lorsque Hud la violente sous ses yeux, il découvre la violence humaine contre laquelle il se trouve impuissant, "J’étais incapable de tirer sur Hud".
    Le roman est écrit comme un western, avec ses cow-boys et les chevaux, les grandes prairies peuplées de bovins en liberté, les rodéos et les bals, le fusil derrière le siège du pick-up. Et c’est un roman noir, avec de la violence, la rudesse du travail, l’horreur de l’abattage des bêtes, la violence cynique de Hud, la vieillesse du grand-père.
    Ne cherchez pas d’intrigue complexe, ce qui est raconté ici est la banalité de la vie d’un ranch alors qu’arrive la modernité, qu’on commence à préférer les forages pétroliers à l’agriculture. Un mode de vie qui décline symbolisé par la vieillesse du grand-père et la fin du troupeau, et donc du ranch. Un monde brutal comme Hud, avec des cow-boys qui reluquent les femmes, de la ségrégation raciale, l’envie et la peur de grandir de Lonnie, la colère d’Halmea. Un monde qu’il va falloir quitter comme va le faire Lonnie.
    Larry McMurtry excelle à décrire avec justesse ce qu’on ne voit pas toujours dans les romans ou les films de western, la chaleur exténuante, les heures passées à cheval dans la poussière, les dangereuses chutes de cheval au rodéo ou au travail, les cow-boys harassés, l’abattage du troupeau dans le sang et la bouse, la ségrégation qui règne encore au Texas, la vie limitée au travail dans le ranch sans possibilité de s’en évader, et aussi "l’odeur des pâturages verts et humides de rosée", "la brise fraîche qui balayait les lames de l’éolienne", "L’immense verdure ondoyante des mesquites"...
    Pour ceux qui aiment les fines et détaillées descriptions de la nature et d’un monde qui bascule, qui ne craignent pas la minceur de l’énigme, voici l’excellent premier roman d’un maître.
    Larry McMurtry est décédé le 25 mars 2021, à l’âge de 84 ans, à Archer City, au Texas. Il est l’auteur d’une quarantaine de livres, dont plusieurs best-sellers. Six de ses romans ont été adaptés pour le cinéma. À Archer city, il a été le libraire de la plus grande librairie indépendante des Etats-Unis avec un fonds de 400.000 titres.
    En 1963 Cavalier passe ton chemin, a été adapté au cinéma sous le titre de Le plus sauvage d’entre tous, avec Paul Newman dans le rôle de Lonnie.
    Les éditions Gallmeister ont eu la délicatesse de rééditer ce premier ouvrage paru en 1961 sous le titre Horseman, pass by.


  • par (Libraire)
    10 novembre 2021

    Cavalier, passe ton chemin

    Un grand roman d'une densité folle qui aborde des thèmes forts : la transmission, le conflit de générations, la violence dans son acception la plus large. Et puis c'est écrit d'une main de maître ! L'écriture de Larry McMurtry est empathique, d'emblée, on s'attache à certains de ses personnages : la figure du grand-père est remarquable de droiture et d'intransigeance, mâtinée d'un certain fatalisme.
    A la fois dur et mélancolique, ce premier roman inédit de Larry McMurtry pose déjà les jalons d'une œuvre puissante.