Le roi des vagabonds

Patrick Spät

Dargaud

  • par (Libraire)
    22 juillet 2021

    « Le paradis commence là où meurt le bourgeois »

    On connaissait les Hoboes, ces travailleurs nomades qui sillonnaient l’Amérique de la Grande Crise, mais qui se souvient des dizaines de milliers de Vagabonds qui cheminaient sur les routes allemandes au milieu des années 20 ? En 1933, on en dénombrait près de 500 000, auxuqels s’ajoutaient plus de 6 millions de chômeurs…

    Le roman graphique de Bea Davies et Patrick Spät retrace de manière sensible et extrêmement bien documentée le parcours de Gregor Gog (1891-1945), jeune idéaliste de la trempe d’un Ben Traven ou d’un Jack London, qui après quelques années sur les routes allemandes, décréta la « Greve générale à vie » de ses compagnons vagabonds et organisa à Stuttgart la première rencontre de sa Confrérie qui défraya la chronique.

    Avec ses compagnons de route, Jo Mihaly et Hansbrock, Gregor Gog consacrera les plus belles années de sa vie à organiser les laissés pour compte de la crise économique en Allemagne. Proche d’Erich Muhsam, il travaillera d’arrache-pied à la mise en œuvre concrète de la plus belle des utopies et avait saisi avant tout le monde le danger d’une idéologie totalitaire qui cherchait à s’appuyer sur le lumpenproletariat pour parvenir à ses fins...

    Cette page d’histoire méconnue se termina de manière tragique pour ces milliers de vagabonds avec l’arrivée au pouvoir des nazis. Elle est relatée ici avec force détails est ici et remise en avant demanière magistrale par les auteurs, comme dans un de ces romans noirs pétris de critique sociale…

    A découvrir sans plus attendre...